fdc01

Vous êtes ici : Accueil / GRIPPE AVIAIRE
A+ R A-

GRIPPE AVIAIRE

VENDREDI 19 JANVIER 2018

Nouvelle information reçue de la Direction Départementale de la Protection des Populations de l'Ain :

Mesdames, messieurs,

J'ai l'honneur de vous informer de l'abaissement du
niveau de risque Influenza aviaire hautement pathogène du niveau modéré au niveau négligeable dans les trois départements de l'Ain, la Savoie et la Haute Savoie compte tenu de l'évolution favorable de la situation sanitaire dans l'avifaune en Suisse. 

Vous trouverez ci-joint l'arrêté ministériel du 16 janvier 2018 qui qualifie le niveau de risque actuel.

Pour les communes situées en zone à risque particulier vis-à-vis de l'influenza aviaire (IA) , les mesures de biosécurité renforcées ne sont plus obligatoires (dont le confinement des volailles ou une dérogation valide au confinement) et les rassemblements d'oiseaux sont de nouveaux autorisés. Les restrictions concernant les mouvements de gibiers à plumes sont également levées.
La liste des communes à risque particulier du département de l'Ain est disponible à l'adresse http://www.ain.gouv.fr/liste-et-carte-des-communes-de-l-ain-classees-en-a4227.html.

Toutefois, et conformément à l'arrêté du 8 février 2016, des mesures de biosécurité destinées à protéger les élevages de volailles (des professionnels ou des particuliers) contre les virus de l'IA restent applicables à tout moment et sur l'ensemble du territoire national : elles sont consultables à l'adresse http://www.ain.gouv.fr/regles-de-biosecurite-vis-a-vis-de-l-influenza-a3600.html

Nos services restent à votre disposition pour tout complément d'information sur ce sujet.

LUNDI 16 OCTOBRE 2017

Voici l'information que nous avons reçue de la Direction Départementale de la Protection des Populations de l'Ain :

 

"Nous vous informons que suite à un avis de l'ANSES, le ministère en charge de l'agriculture a décidé de relever le niveau de risque vis-à-vis de l'influenza aviaire à "modéré" pour les départements de l'Ain, Savoie et Haute-Savoie, par l'arrêté ministériel du 11.10.2017 ci-joint.

Vous trouverez en pièces jointes, un communiqué de presse expliquant la modification de ce niveau de risque et explicitant les mesures à mettre en place selon les communes et la carte des communes situées en Zone à Risque Prioritaire (ZRP).


Plus précisément les mesures relatives aux détenteurs de gibier à plumes pour le transport et le lâcher de gibier
sont les suivantes:

Le transport et le lâcher de gibier à plumes depuis ou à destination d’un lieu situé en zone à risque modéré sont interdits sauf dans le cadre dérogatoire suivant .

  • Aucune  dérogation possible pour les lâchers de palmipèdes, quel que soit le niveau de risque (modéré ou élevé).
  • Pour les élevages de gibier situés en  ZRP ou livrant des oiseaux en ZRP:
    • faire réaliser une visite vétérinaire ; le vétérinaire doit évaluer l'état sanitaire des animaux;
    • si cette visite est satisfaisante :  adresser à la DDPP le compte-rendu de visite et le formulaire joint à ce mail de demande de dérogation à l'interdiction de transport et de lâcher de gibier à plume;
    • le transport en vue du lâcher doit être effectué dans des conditions sécurisées, sans rupture de charge (pas de tournée), depuis le lieu d’élevage jusqu’au lieu de livraison. Les caisses de transports doivent être en matériel désinfectable (plastique) et rigoureusement nettoyées et désinfectées ou, et de préférence, à usage unique. Le camion doit être nettoyé et désinfecté avant et après transport
    • une copie de la dérogation sera laissée à l'opérateur du lâcher.

 

    • pour le lâcher, s'il a lieu en ZRP : l’opérateur du lâcher doit prendre toutes les précautions pour éviter les risques de contamination par les oiseaux sauvages à risque :
      • favoriser les facteurs permettant un taux de prélèvement élevé pour une réduction très rapide de la quantité d’oiseaux lâchés restant dans le milieu naturel (mobilisation des chasseurs, limitation du nombre d’oiseaux lâchers, etc)
      • pratiquer les lâchers avec le maximum d’éloignement des zones de chasse du gibier d'eau où les oiseaux d’eau sauvages à risque sont susceptibles de se concentrer (Il n’y a pas à cet égard de distance réglementaire mais  la distance d’exploration d’un faisan lâché est de l’ordre de 1km)
      • Par ailleurs il conviendrait de renoncer à tout lâcher sur un site en présence d’une colonie d’anatidés migrateurs.

Cette dérogation peut être revue  s'il y avait mise en évidence d'un cas dans notre département, ce qui pourrait justifier un arrêté préfectoral plus restrictif."