fdc01

Vous êtes ici : Accueil / Modes de chasses / La chasse à l’arc
A+ R A-

La chasse à l’arc :

Un chasseur qui revendique la fusion avec la nature, celui qui entend être prédateur parmi les prédateurs sans artifice ni sophistication, ne peut être séduit que par la chasse à l’arc. Pratiquée depuis longtemps à l’étranger, elle est légale en France depuis le 15 février 1995. Précisons que l’arbalète demeure interdite à la chasse.

En théorie, on peut tout chasser à l’arc, même si les bécassines n’ont guère à redouter les « nouveaux indiens ». Cependant, depuis la bataille de Crécy et les exploits de Guillaume Tell, les matériaux ont beaucoup évolué, et les arcs bénéficient des techniques les plus récentes. Si les cordes sont parfois encore constituées d’intestins d’animaux ou de chanvre, on préfère aujourd’hui des fibres composites. L’arc lui-même est le plus souvent en bois (if, érable), et parfois en fibre de verre ou dans un quelconque autre matériau moderne.

Les arcs :
La force d’un arc, c’est-à-dire la force qu’il faut déployer pour l’actionner, est mesurée en livres anglaises (1 livre anglaise = 453,5 grammes). L’arc le plus simple, aux lignes les plus pures, est appelé « arc primitif » Sa force varie de 30 à 180 livres. C’est l’arme des spécialistes et des archers expérimentés. Il est léger et ses flèches sont rapides, mais elles manquent un peu de précision. Pour débuter, on lui préfère l’arc à double courbure, d’une force variant de 40 à 90 livres. Il est un peu moins rapide mais plus facile à manier. L’arc à double poulie, encore appelé « arc compound » possède une force comprise entre 30 et 70 livres. Ses flèches sont rapides, bien qu’elles aient tendance à vibrer un peu sur leur trajectoire. Son maniement ne présente pas de difficulté, mais, à l’évidence, il lui manque l’élégance et la sobriété recherchées par la majorité des archers