fdc01

Vous êtes ici : Accueil / Modes de chasses / La recherche au sang
A+ R A-

La recherche au sang :

Quelle que soient les précautions prises, la qualité du tireur et les conditions du tir, il est malheureusement toujours possible qu’un grand gibier ne soit que blessé. Il peut également être blessé par braconnage où à la suite d’un accident de la route. Il importe alors de tout mettre en œuvre pour le retrouver, et c’est là qu’interviennent les conducteurs de chiens de sang.

Les races de chiens les plus utilisées sont le teckel, le rouge de Hanovre et le rouge de Bavière, mais on constate depuis quelques années que la liste des races susceptibles d’être utilisées s’allonge (braques, drahthaars, labradors, fauves de Bretagne, Saint-Hubert…).
La recherche au sang ne commence que plusieurs heures après le tir, souvent même, le lendemain. A partir d’indices de blessures tels que des morceaux d’os ou des viscères ou des taches de sang, le chien va trouver la trace de l’animal. Il suit le sang ou la voie de l’animal. Avec ténacité, il remonte ce fil ténu, parfois sur plusieurs kilomètres, jusqu’à ce qu’il arrive au gibier blessé. Le conducteur l’aide parfois grâce aux indices visuels qu’il peut découvrir, mais le travail d’un chien de a quelque chose de magique et de mystérieux. Calme et sûr de lui, il remonte la voie de l’animal, évoluant dans un monde d’odeurs, lisant ce que l’homme ne saura jamais lire.
Le plus souvent, le chien est tenu en longe et son conducteur doit le suivre coûte que coûte, en passant comme il le peut au cœur des ronciers les plus épais. Il est très rare et toujours aléatoire de contourner un obstacle au lieu de la franchir.
Il existe aussi des chiens qui évoluent librement, sans longe. Ils hurlent à la mort dès qu’ils ont trouvé l’animal, et ne cessent que lorsque leur maître arrive. On trouve également des chiens « indicateurs de la mort » qui après avoir retrouvé le gibier, reviennent vers leur maître en tenant entre leurs dents un morceau de cuir (le bringsel) attaché à leur collier, informant ainsi que l’animal est mort. Ils repartent ensuite lentement pour conduire leur maître jusqu’à lui.
On exige beaucoup de qualité des chiens de sang, notamment une grande finesse de nez ainsi qu’une sûreté absolue dans le change. Il faut aussi qu’ils aient suffisamment de mordant pour mettre au ferme un animal s’il n’est que blessé.